//Tour de France Piloter Sa Ferme 2020 – Orge de brasserie : quels sont les impacts de la crise sanitaire ? Quelles sont les perspectives d’évolution du marché ?

Tour de France Piloter Sa Ferme 2020 – Orge de brasserie : quels sont les impacts de la crise sanitaire ? Quelles sont les perspectives d’évolution du marché ?

RENDEZ-VOUS N°1 SPÉCIAL ORGE DE BRASSERIE.

Quels sont les impacts de la crise sanitaire ? Quelles sont les perspectives d’évolution du marché ?

Le Tour de France Piloter Sa Ferme reprend du service ! En 2019, nous sillonnions les routes de France pour partir à la rencontre de nos agriculteurs. Avec le contexte actuel, cet événement dédié à nos abonnés revient en 2020 en format 100% digital : 7 visioconférences autour de 7 thèmes d’actualité. Notre objectif ? Apporter aux agriculteurs les informations et les conseils dont ils ont besoin. Du 26 mai au 17 juin, nous vous donnons rendez-vous sur le blog Piloter Sa Ferme pour vous partager l’essentiel des informations échangées lors de ces visioconférences.

Pour ce tout premier rendez-vous, les équipes Piloter Sa Ferme se sont associées aux experts de Malterie Soufflet:

  • Philippe JOYANDET, ResponsableAchat Orges, Malterie Soufflet
  • Alexandre CLYTI, Commercial Grands Comptes Malterie Soufflet
  • Olivier GEOFFROY, Manager Malterie Soufflet Bulgarie

Le Groupe Soufflet est une entreprise agroalimentaire française, présente notamment dans les filières orge et blé au niveau national et international. C’est aujourd’hui un acteur important sur le marché mondial du malt avec 27 usines en Europe, Asie et Amérique du Sud.

En ce début d’année 2020, nous avons toutes et tous été impactés par l’arrivée du COVID-19. Mais qu’en est-il des marchés agricoles, tout particulièrement de l’orge de brasserie ?

Les marchés mondiaux de la bière & du malt : point sur la situation actuelle et les impacts de ce contexte de crise sanitaire

Au niveau mondial, le marché de la bière se concentre autour de quelques acteurs principaux : les brasseurs Abinbev (30%), Heineken (12%), China Resources (6%) et Carlsberg (6%),qui représentent à eux seuls plus de 50% du marché. La bière, connue pour être l’une des boissons les plus consommées au monde, voit son marché et sa consommation évoluer depuis quelques années : sa production reste dynamique mais l’influence de la Chine laisse apparaître une baisse globale de 2% de sa croissance.

Outre l’évolution de la production, nous assistons également à l’émergence de nouvelles tendances de consommation :

– Les crafts (micro brasseries) à l’échelle mondiale, entraînant une forte croissance y compris dans les pays émergents comme le Brésil ou l’Inde,

– L’augmentation de la consommation des bières sans alcool (+10% de croissance dans de nombreux pays)

– Le développement du bio (particulièrement en France et dans les pays nord-européens).

En 2019, les 15 premiers malteurs au niveau monde représentaient les deux tiers de la capacité mondiale. Rappelons que 3 français sont présents dans le top 5 : Boortmalt, Soufflet et Malteurop. Par ailleurs, ce top 15 inclut également trois malteurs également brasseurs : Abinbev, Heineken et Tsingatao.

Mais alors, quel est l’impact du COVID-19 sur la consommation de bière ?

En Europe, la consommation hors domicile est estimée en moyenne à 32% de la consommation totale. L’Europe ayant été l’un des continents les plus touchés par l’épidémie, nombre de pays ont imposé des mesures de confinement et de restriction à leurs concitoyens. Ces mesures ont entrainé la fermeture des bars et restaurants, l’interdiction des rassemblements lors de manifestions culturelles, sportives et autres. On estime donc aujourd’hui que l’impact de la consommation annuelle devrait être de l’ordre de 8 %, sur la base des éléments connus à ce jour.

Au niveau mondial, cette baisse de la consommation de bière est estimée entre -6% et -10%. Ces fluctuations varient en fonction d’impacts variables dans chaque pays (interdiction de vente d’alcool, arrêt imposé des productions, etc.).

Campagne 2020/2021 : quelle est la situation actuelle du marché de l’orge ?

Globalement, on compte aujourd’hui potentiellement un million de tonnes supplémentaires pour la production mondiale d’orge de brasserie de par l’augmentation des surfaces de production en Europe et une belle récolte attendue en Australie. Une augmentation du volume d’export Européen vers la Chine est obligée suite à la mise en place des taxes d’import d’orges australiennes en Chine.

Pour ce qui est de l’orge de printemps, la hausse des surfaces de production en Europe va considérablement jouer sur la hausse des volumes.

L’orge d’hiver, quant à elle, avec des surfaces éligibles à la brasserie en baisse et des rendements attendus décevants, va d’un côté subir la baisse de consommation de bière et donc de malt en Europe et à l’export, et d’un autre côté participer en plus ou moins grande quantité à l’appétit Chinois.

Comment le marché va-t-il se comporter ?

Les lois antidumping instaurées par la Chine, et donc l’application des taxes de 80% sur les importations d’orges australiennes, ont pour effet de stimuler les prix français avec un retour de la demande « exclusive ». Mais les décisions politiques pouvant se renverser à tout moment, il existe toujours un risque que l’effet puisse ne pas durer dans le temps. Par ailleurs, même avec une demande importante de la Chine, le bilan reste lourd pour toutes les orges, seuls les flux entre pays changeant. Il est important de noter que la forte concurrence australienne des orges de brasserie et malt sur les autres pays d’Asie pourrait avoir des répercussions sur nos besoins domestiques.

Qu’en est-il de l’évolution des prix depuis ce début d’année ? Présentation des tendances par Piloter Sa Ferme

Chaque semaine, l’outil Piloter Sa Ferme analyse les marchés et vous propose aujourd’hui de découvrir les tendances concernant l’orge au 26 mai 2020.

Il y a six semaines, l’outil Piloter Sa Ferme détectait un début de tendance haussière sur les marchés de l’orge brassicole (hiver et printemps).Depuis 15 jours, sur les exploitations, les prix proposés par les acheteurs progressent : ce sont les prix les plus hauts (orge de printemps) ou se rapprochant du plus haut (orge d’hiver) depuis septembre 2019, soit le début de la campagne 2020.

L’orge fourragère, quant à elle, affiche une tendance haussière depuis maintenant une semaine.

Ces analyses de tendances, à disposition de nos abonnés, leur permettent de se poser les bonnes questions pour savoir où vont les marchés et quand se positionner. Elles sont complétées dans le cadre de notre abonnement « Stratégie » par des recommandations de vente : notre outil accompagne les agriculteurs à chaque instant pour leur indiquer quelle quantité ils doivent engager et à quel prix. Chez Piloter Sa Ferme, nos abonnements sont construits en fonction des besoins de chaque agriculteur. Vous voulez en savoir plus sur nos offres d’abonnement ? Cliquez sur le lien suivant : LIEN

Retrouvez-nous semaine prochaine pour notre deuxième rendez-vous du Tour de France Piloter Sa Ferme autour du thème « Agribashing et Réseaux Sociaux », une visioconférence animée par Piloter Sa Ferme avec la participation de Gilles VAN KEMPEN, Agri-youtuber et Eric DUGERS, membre de la communauté Agritwittos.


Par |2020-06-03T10:06:19+00:003 Juin 2020|Actualités|