//Terre-net.fr – Gestion des risques en agriculture Des algorithmes pour faire face à la volatilité des prix agricoles

Terre-net.fr – Gestion des risques en agriculture Des algorithmes pour faire face à la volatilité des prix agricoles

Gestion des risques en agriculture Des algorithmes pour faire face à la volatilité des prix agricoles : Plusieurs entreprises spécialisées dans l’intelligence artificielle et l’analyse algorithmique, tentent de répondre aux demandes des agriculteurs en matière de volatilité des prix. (©Terre-net Média) « F aire face aux risques de l’agriculture ». C’est le thème du premier colloque international sur la gestion des risques en agriculture , organisé entre les murs du collège des Bernardins, à Paris, le 22 et 23 février. Organisé par la Chaire d’enseignement et de recherche sur le management des risques en agriculture, il a réuni plus de quarante experts venus de divers horizons, comme la banque, l’assurance et l’agriculture. Le constat est simple : les agriculteurs sont de plus en plus soumis aux aléas , qu’ils soient économiques , climatiques ou réglementaires . Parmi ces aléas, l’extrême volatilité des prix agricoles pèse sur l’activité économique des agriculteurs. Comment gérer au mieux ce risque ? C’est le thème de la rencontre, « Gestion des risques et méthodes algorithmiques comme outil d’aide à la décision », organisée dans le cadre de ce colloque. « Depuis 2010, les écarts de prix sont beaucoup plus fréquents et beaucoup plus conséquents qu’auparavant. De plus, ils concernent tous les marchés agricoles , même le lait et le sucre, qui étaient auparavant protégés », commente Éric Gauthrin, conseiller d’entreprise spécialiste de l’agriculture au sein du cabinet d’expertise comptable Cerfrance. « Cela demande un changement de posture de la part de ceux qui accompagnent l’agriculteur, poursuit-il. Avant, il suffisait de regarder les comptes des années écoulées pour avoir une vision pertinente de la situation. Aujourd’hui, le marché évolue tellement que cela ne nous donne que très peu d’indication. Pourtant, les agriculteurs veulent que nous les aidions à suivre les tendances ». Plusieurs entreprises spécialisées dans l’ intelligence artificielle et l’ analyse algorithmique , tentent de répondre aux demandes des agriculteurs en la matière. C’est le cas de la plateforme Pilotersaferme.com, une start-up lancée en septembre 2015. Elle offre à l’agriculteur la possibilité de connaître le moment le plus opportun pour vendre sa production, afin d’éviter les retournements de marché. L’utilisateur doit renseigner sur son profil des données relatives à leur exploitation (volumes, rendements, date de la moisson…), et surtout son seuil de commercialisation . Ces informations sont ensuite utilisées par l’intelligence artificielle, qui analyse également les marchés. Compte tenu de ces données, elle avertit l’agriculteur quand il doit vendre ses marchandises afin de réaliser son seuil de commercialisation. Chaque semaine, elle prend en compte les résultats de ses prévisions afin de s’améliorer. Son taux de réussite est de 80 %, de l’aveu de ses fondateurs. « Un dispositif fiable à 100 % est impossible, mais nous voulons rationaliser au maximum, mettre du factuel dans la décision de l’agriculteur face à la volatilité des prix », précise Sylvain Jessionesse, un des co-créateurs de la plateforme, qui compte, deux ans après son lancement, 1 000 abonnés. Simuler les aléas avec des algorithmes Utiliser les algorithmes pour rationaliser les décisions , c’est aussi l’objectif de Finkast, une entreprise qui développe un outil d’accompagnement basé sur l’intelligence artificielle. Pensé comme un « simulateur d’aléa », il permet, entre autres, à l’agriculteur de calculer ses revenus, au cas où un risque se concrétise. L’intelligence artificielle de la plateforme détermine plusieurs scénarios, plus ou moins optimistes, dans lesquels un risque climatique, économique ou commercial se réalise. Elle analyse ensuite la probabilité que tel ou tel scénario se concrétise. Enfin, elle indique à l’agriculteur si l’ objectif de rémunération sera atteint dans chaque scénario. L’exploitant, muni de ces informations, peut ensuite décider de changer son comportement pour minimiser le risque (comme prendre une assurance). « On rend visibles les risques et les incertitudes, afin d’offrir à l’agriculteur la vision la plus complète sur l’avenir de son exploitation », commente Bruno Berroyer, le co-fondateur de Finkast. Mais les créateurs de ces outils préviennent les agriculteurs : à la fin, c’est l’agriculteur qui prend, en son âme et conscience, sa décision. « Nous ne faisons qu’accompagner les professionnels, nous ne choisissons pas à leur place » prévient ainsi Sylvain Jessionesse. Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr © Tous droits de reproduction réservés – Contactez Terre-net

(Lire l’article original)


Par |2018-06-13T20:31:52+00:0023 Fév 2018|Presse|

À propos de l'auteur :