//L’Est Agricole et Viticole – Nouvelles technologies – Un parc matériel de plus en plus connecté

L’Est Agricole et Viticole – Nouvelles technologies – Un parc matériel de plus en plus connecté

Le Comptoir agricole s’est employé à ouvrir des perspectives lors de son assemblée générale. Comment piloter sa ferme avec les outils technologiques? «Auparavant, on calculait tout théoriquement, explique Christian Lux, responsable agronomie et environnement. Puis est arrivé un système satellitaire permettant de faire des mesures de réflectance qui donnent une idée exacte de l’état de la végétation. À partir de ces indices de mesure, on peut fournir des conseils sur la fertilisation azotée du blé et du colza, mais aussi le risque de verse du blé. » Au Comptoir agricole, 185 exploitations sont accompagnées par Farmstar, pour une superficie de 1600 hectares. Loutil d’aide à la décision Farmstar est le résultat de la collaboration de deux entreprises leaders dans leur domaine, Airbus Defence and Space pour la télédétection et Arvalis-lnstitut du végétal pour l’agronomie. « Le contexte climatique étant en train d’évoluer, il faudra revoir ces outils pour les adapter aux conditions de notre région», estime Christian Lux. « Le futur, c’est la connectivité » Ces nouveaux outils génèrent des données techniques qui permettent à l’agriculture de raisonner ses choix culturaux. «Demain, on ira vers la modulation parcellaire, avec une cartographie et un matériel adaptés. C’est un vrai progrès technique même si, sur nos petites parcelles, cela peut paraître futuriste.» Lors du Sima 2017, le Comptoir agricole a proposé à ses adhérents le Parcours innovation en agriculture. Les participants ont pu côtoyer les acteurs majeurs de l’innovation et découvrir les technologies et services déjà commercialisés ou encore à l’état de recherche, comme les solutions d’agronomie de précision Weenat, la barre de guidage Vantage de Trimble, l’optimisation intraparcellaire Farmstar ou la gamme d’outils connectés Kuhn. Mais aussi la robotique agricole, avec Anatis, le robot bineur-capteur de Carré, les robots maraîchers Naïo, le portail agricole myjohndeere.com, sans oublier la plateforme WeFarmUp.«Je suis persuadé que l’agriculture de précision permettra d’apporter des réponses économiques, sociales et agronomiques aux enjeux de demain», estime Matthieu Luthier de Saint-Martin. Pour lui, la questionde l’innovation est centrale. « La coopérative a un rôle à jouer dans cette diffusion du savoir afin de dégager des axes de compétitivité et de croissance pour les exploitations. Ces services sont l’avenir de la distribution agricole. »Comment cette révolution numérique est-elle arrivée ? Ce sont les réseaux sociaux qui sont à l’origine de cette révolution numérique, indique le responsable développement et communication. Elle été portée par les GAFA et les NATU* qui ont révolutionné l’économie au niveau de la distribution, du transport, du logement ou de la finance. «Ils sont présents partout, mais pas forcément en agriculture. Mais cela va venir, comme en atteste Farmer Business Network de Google qui collecte des données dans le domaine agricole.» Matthieu Luthier a fait rêver son auditoire en le faisant voyager dans le monde du futur, avec le projet «complètement loufoque» de véhicule aérien Tesla, ou encore le projet de taxi du futur mené par la Nasa en collaboration avec Uber. La révolution est en marche: «Le premier taxi volant, de technologie chinoise, sera lancé en 2018 au Quatar.» Dans Matthieu Luthier : « Le Comptoir agricole se doit de réfléchir à ce que sera la distribution de demain ». © Germain Schmitt cette course à l’innovation, la France nîest pas en reste : c’est le premier pays des start-up en agriculture.La clé, c’est le développement des loT. « L’internet des objets est désormais une réalité. Cette révolution va changer beaucoup de choses.» Le big data des données est le pétrole de la quatrième révolution industrielle. «Uenjeu essentiel sera la gestion, la compréhension et l’intégration de ces data.»Une dynamique forte et puissante est en marche – demain, elle accompagnera le développement agricole, affirme Mathieu Luthier. Pour illustrer ses propos, il a présenté le concept de robot semeur en essaim Mars, mis au point par Fendt.Anny Haeffelé* Google, Apple, Facebook, Amazon, Netflix, Airbnb, Tesla, Uber, Microsoft, Fintech, etc.

(Lire l’article original)


Par |2018-06-13T21:29:14+00:0012 Jan 2018|Presse|

À propos de l'auteur :