//L’Auvergne Agricole – L’innovation et les startups au service d’une agriculture plus performante

L’Auvergne Agricole – L’innovation et les startups au service d’une agriculture plus performante

Le 12 juin, lors du LFDay, 105 startups se sont réunies à la Cité des sciences à Paris. Elles ont présenté leurs innovations aux 200 agriculteurs présents. Pour Paolin Pascot, président de la Ferme digitale, (ici au centre aux côtés de Thibaud de Jaegher, directeur du groupe Réussir) « l’agriculture est le premier employeur mondial ». A FERME DIGITALE « Je suis heureux de vous accueillir ici, à la Cité des sciences et de l’industrie, symbole de l’innovation » , a déclaré Paolin Pascot, président de La Ferme digitale, le 12 juin, en ouverture du LF Day, organisé par la Ferme digitale. L’évènement a rassemblé 105 startups, dont près de la moitié viennent de l’étranger. Elles étaient venues présenter leurs innovations. « Avec le LFDay, l’évènement annuel de la ferme digitale, on avait pour ambition de réunir sous un même toit, pendant une journée, tout l’écosystème de l’innovation agricole. L’objectif est également de créer des synergies, des partenariats et de favoriser les rencontres » , affirme Paolin Pascot. Une cinquantaine de grands groupes et 200 agriculteurs étaient présents. En tout ce sont près de 1 500 per-sonnes qui ont assisté à l’évènement. Paolin Pascot a souligné, lors de son discours, que l’agriculture était le premier employeur mondial et qu’elle faisait face à de nombreux enjeux, comme la réduction de son impact environnemental. Il estime donc que l’innovation doit permettre de simplifier la vie des agriculteurs et les aider à être plus per-formants économiquement, mais aussi à réduire leur impact environnemental. Les drones d’Airinov, par exemple, permettent aux producteurs de blé et de colza de calculer la biomasse du blé ou du colza, afin d’indiquer avec précision la quantité d’azote à apporter dans le champ. Cela permet donc de réduire la quantité d’azote épandu et donc de diminuer les coûts et de réduire l’impact environnemental de l’agriculteur. « Prendre les meilleures décisions au meilleur moment » « Aujourd’hui on a de plus en plus d’informations externes à la ferme, mais aussi à l’intérieur, qui vont permettre à l’agriculteur de prendre les meilleures décisions au meilleur moment », souligne Pao-lin Pascot. PILOTER SA FERME, par exemple, est un outil d’aide à la décision qui permet aux agriculteurs, grâce à des alertes sur le marché, d’identifier le bon moment pour vendre sa production. Les innovations peuvent aussi permettre de modifier les relations entre pro-ducteurs et consommateurs. L’application Twilk (The Wine I Love) est une sorte de site de ren-contres entre amateurs de vins et producteurs. Un consommateur qui aura aimé un vin, chez des amis ou au restaurant, peut photographier l’étiquette avec son téléphone et l’envoyer sur la plateforme, il aura ensuite toutes les informations sur le vin et le producteur. Il pourra donc commander le vin directement à la propriété. Christiane Lambert, présidente de la FNSEA et Jérémy Decerle, président de Jeunes Agriculteurs, ont tous deux conclu la journée. Pour le président de Jeunes Agriculteurs, « L’innovation est aussi une façon de faire rayonner l’agriculture et les femmes et les hommes qui la font ». Dans ses mots de clôture, Christiane Lambert a lancé un défi aux startups présentent : « Réduire l’usage des pesticides de 50 % d’ici 2020 ». Lancement officiel de la charte Data Agri Le 12 juin, à l’occasion du LFDay, Henri Biès-Péré, deuxième vice-président de la FNSEA et président du groupe REUSSIR, a officiellement lancé la charte Data Agri qui a été réalisée par la FNSEA et Jeunes Agriculteurs. Elle doit garantir aux agriculteurs une utilisation éthique de leurs données. Elle a été construite en partenariat avec le conseil français de l’agriculture (CAF), autour de 4 grands principes, Lisibilité, transparence, maîtrise et sécurité. Les opérateurs qui souhaitent obtenir le « label » data Agri, qui garantit la bonne utilisation des données, devront transmettre à la FNSEA ou à JA leurs conditions générales de vente. Un cabinet d’avocats indépendant déterminera ensuite si ce contrat est en accord avec le contenu de la charte. Pour Jérôme Roy, fondateur de Weenat, le lancement de cette charte va dans la bonne direction. « Les agriculteurs doivent rester au cœur des décisions, nous serons donc dans les premiers à déposer notre dossier pour obtenir ce label. », affirme-t-il. Weenat est une application qui fournit des données météo précises à l’aide de capteurs positionnés dans les champs. Les agriculteurs peuvent partager ces données avec qui ils le souhaitent. L’objectif de la plateforme est de fournir une base de données fiables et accessibles ; l’utilisation responsable des données est donc une priorité pour l’entreprise. Lors de ce lancement le deuxième vice-président de la FNSEA a dévoilé le site internet(*) de la charte qui doit renseigner les agriculteurs et permettre aux entreprises de déposer leurs dossiers (*) http : //www. data-agri. fr


Par |2018-07-30T14:06:17+00:005 Juil 2018|Presse|

À propos de l'auteur :