//startup365.fr – 7 startups à ne pas manquer au salon de l’Agriculture 2018

startup365.fr – 7 startups à ne pas manquer au salon de l’Agriculture 2018

#France #SIA2018 : 7 startups à ne pas manquer au salon de l’Agriculture 2018 : //La 55e édition du Salon international de l’Agriculture ouvrira ses portes demain, porte de Versailles à Paris. L’occasion pour Maddyness de vous dévoiler sa sélection de startups à ne pas manquer sur place, cette année. Les années passent et ne se ressemblent pas au salon de l’Agriculture. Alors qu’on n’y comptait qu’une poignée de startups il y a encore quelques années, le salon international accueillera près de 20 jeunes pousses en 2018, dans son espace dédié “Agri 4.0” qui, lui, est passé de de 95 à 500 m2 en seulement trois ans, preuve de l’engouement du secteur pour celles et ceux qui modèlent l’agriculture du futur. Maddyness en a sélectionné 7, à ne surtout pas manquer cette année. À relire : La vache connectée, signe de l’avènement d’une agriculture 2.0? Ekylibre Lancé officiellement en 2015 par par Brice Texier, ingénieur informatique, et David Joulin, ingénieur agronome, Ekylibre se présente comme un logiciel de gestion d’exploitation agricole «tout-en-un» en France, comprenant la comptabilité, la gestion des relations clients et partenaires, la gestion des stocks, mais aussi la gestion des achats et ventes et la traçabilité de la production. Son crédo : permettre aux agriculteurs de manipuler au mieux et le plus facilement possible les innombrables données auxquels ils ont à faire, quotidiennement, le tout depuis un seul et même outil. Une petite révolution dans le secteur. MyFood Fondé par Johan Nazarely, Matthieu Urban et Mickaël Gandecki, MyFood développe une serre connectée utilisant les dernières technologies, basée sur les principes d’ aquaponie verticale et de permaculture, permettant de produire sa propre nourriture “de manière simple, accessible et responsable”. Un projet qui aura permis à la startup de revendiquer, fin 2017, plus de 60 serres déployées dans 7 pays, après avoir bouclé une levée de fonds d’1 million d’euros en août dernier. Le coup de coeur de la rédaction, assurément. Bacsac Bacsac est né en 2009, d’une rencontre entre voisins parisiens inspirés : Godefroy de Virieu, designer, Virgile Desurmont et Louis de Fleurieu, tous deux architectes. Leur idée : réintroduire la nature dans la ville, en incitant les citadins à cultiver leurs propres jardins, même sans avoir d’espaces verts à disposition. Pour cela, il leur faudra inventer une solution alternative à l’offre traditionnelle, à l’époque peu adaptée à l’agriculture urbaine, et créer de nouveaux types de contenants souples et légers en géotextile, capables d’allier design et praticité. Un pari qui a séduit de nombreux professionnels. L’entreprise peut aujourd’hui se targuer de compter plusieurs grandes marques comme Fermob et Bonpoint parmi ses clients, mais aussi avec des artistes et des architectes dans le cadre de projets privés ou publics. À relire : 8 startups de l’agriculture à garder dans le viseur en 2017 Karnott Lancé par la startup lilloise ConnectAgri, Karnott est un boîtier destiné à être placé sur tous les engins agricoles, anciens comme plus récents, pour les géolocaliser, en recueillir les données d’utilisation et centraliser ces dernières sur une plateforme web. “ La vocation de Karnott est de faciliter la vie des agriculteurs, en traçant l’ensemble des interventions sur une parcelle en un clic “, rappellent les cofondateurs. Un gain de temps pour les agriculteurs qui utilisent en moyenne entre 15 et 20 machines, parfois en les partageant avec d’autres agriculteurs. En mai dernier, ConnectAgri bouclait un premier tour de table de 1,1 million d’euros auprès du fonds d’investissement Leap Ventures et de plusieurs business angels, afin d’accélérer le développement commercial du boîtier en France et d’amorcer une ouverture à l’international. Pilotersaferme.com Créé ROLAND ZIMMERMANN, Sylvain Jessionesse et XAVIER FAURE, tous les trois fils et petits-fils de paysans et ingénieurs agronomes, PILOTER SA FERME se présente comme une Fintech agricole. Celle-ci développe des outils de pilotage personnalisés, afin d’aider au mieux les agriculteurs à gérer la volatilité des prix des matières premières. Chaque donnée récoltée peut ainsi être analysée et couplée avec d’autres datas (période de commercialisation, besoins de trésorerie, capacité de stockage, etc) grâce à un algorithme, afin d’élaborer des stratégies commerciales d’achat et de vente personnalisées. Résultat : moins de risques d’erreurs dans les prises de décisions, des ventes optimisées, et un chiffre d’affaires amélioré. À relire : La blockchain est dans le pré Weenat Fondée par Jérôme Leroy, Weenat développe des solutions de météo et d’agronomie de précision mobile et connectée. En collectant et en analysant la météo et les données extraites du sol grâce à des capteurs implantés dans les parcelles, celle-ci peut ainsi communiquer à l’agriculteur toutes les informations nécessaires au bon déroulé de son exploitation : semis, organisation des travaux, irrigation, récolte, etc…. Le tout grâce à une application dédiée. monbeauterroir.com Créé en 2016 par Thomas Graffin et Antoine Laudet, tout deux passés par des écoles d’agronomie et d’agriculture, monbeauterroir.com développe une plateforme de réservation directe de visites-dégustations et expériences de terroir dans des exploitations agricoles : fermes, domaines viticoles, apiculteurs, etc. Chaque producteur est sélectionné en amont par Mon Beau Terroir, qui se rend dans chaque exploitation avant de mettre en ligne les offres. L’internaute n’a plus qu’à sélectionner le producteur de son choix sur le site, en fonction de ses envies (fromage, vin, miel, safran, foie-gras…) et réserver directement en ligne les visites-dégustations proposées. http://ift.tt/2GDN6kS est un article de http://ift.tt/N2zkFd from Maddyness http://ift.tt/2GDN6kS From www.maddyness.com and its RSS Feed

Par |2018-06-13T20:36:13+00:0023 Fév 2018|Presse|

À propos de l'auteur :