//La Marne viticole – « Privilégier l’usage à la propriété »

La Marne viticole – « Privilégier l’usage à la propriété »

Le président délégué d’AS Entreprises, Thierry Fournaise, a retracé l’histoire de ce qui était jadis le Service économique et fiscal de la FDSEA de la Marne (SEF). « Au cours de ces belles années, comme des moins bonnes, le SEF ­ devenu AS Entreprises ­ nous a toujours accompagnés, fidèle à ses valeurs : proximité, promotion des Femmes et des Hommes, esprit collectif ». L’agriculteur de Châtillon-surMorin a noté plusieurs défis à relever pour le centre de gestion, face à des modèles agricoles et viticoles en pleine évolution. « En premier lieu, celui de la transition écologique et dans ce domaine la pression sociétale est forte. Nous nous dirigeons à grands pas vers une agriculture et une viticulture moins consommatrices d’intrants et d’énergie, tout en maintenant un niveau de production élevé en quantité et en qualité ». Si l’environnement est une donnée à prendre en compte, il ne faut pas pour autant laisser de côté l’univers économique dans lequel évoluent les agriculteurs. « Nous devons également faire face au défi de la libéralisation économique. Une économie de marché ouverte avec, certes des opportunités à l’export, mais aussi des variations importantes des prix, une volatilité qui déstabilise, détruit. Il faut donc désormais absolument intégrer la gestion des risques dans le raisonnement d’entreprise agricole ». Et dans un contexte d’optimisation des charges d’exploitation, le président a dévoilé quelques pistes d’amélioration. « Il peut être plus intéressant aujourd’hui de privilégier l’usage sur la propriété dans bien des domaines, et de ne pas chercher systématiquement à acheter, mais à partager les investissements par de la copropriété, de la sous-traitance ou de la location ». C’est pourquoi AS Entreprises a investi le domaine du cofarming par des partenariats avec plusieurs start-up : Wefarmup (location de matériel) et Miimosa (financement participatif), Échange Parcelle, PILOTER SA FERME (pour gérer sa commercialisation), mais aussi avec des fonds d’investissements agricoles tels que Labeliance. « Le numérique n’est pas le moteur, mais un moyen pour accélérer cette agriculture plus collaborative » a conclu Thierry Fournaise. Thierry Fournaise, président délégué d’AS Entreprises.


Par |2018-09-14T14:57:54+00:001 Juil 2018|Presse|

À propos de l'auteur :